L'AFFAIRE "RIMBAUD"rimbaud2




                        Depuis 1884 et la première série des Poètes maudits de Paul Verlaine, Arthur Rimbaud est révélé au monde littéraire notamment par les poèmes "Voyelles, Oraison du soir, Les Assis, Les Effarés, Les Chercheuses de poux, Le Bateau ivre". Mais il n'existe pas encore de volume de ses oeuvres.
                           Profitant de la naïveté mais aussi de l'ignorance du directeur du Décadent, Laurent Tailhade entend répondre à la curiosité du public sur le poète de Charleville. Avec la complicité d'Ernest Raynaud et de Maurice Du Plessys il crée d'abord des faux Rimbaud censés représenter  "le style décadent le plus pur". 180px_Ernest_Raynaud_by_CazalsPour Tailhade l'ambition est aussi de se moquer des théories de Baju avec lesquelles il n'est pas toujours en accord. La supercherie est longtemps manigancée avant de faire jour au n°34 du 29 novembre 1886 avec "Sonnet" - poème célébrant avec moultes références érotiques la jeunesse et  la vigueur mâle. Il s'en suit 5 autres poèmes dont le sens voilé s'attache aux manifestations plus ou moins grotesque du corps : "Instrumentation, Les Cornues, Le Limaçon, Doctrine, Oméga blasphématoire".

                          "Sonnet"
Il splendit sous le bleu d'athlétiques natures
Dont le roc a fourni les éléments altiers :
Les fontes et l'airain de leurs musculatures
Excèdent les parois des divins compotiers.

Ernest Raynaud

                                   Leurs biceps ont des fûts robustes de mâtures ;
                                   Leur timbre tient son or des celestes luthiers,
                                   Et nourris du fort miel des doctes confitures,
                                   La santé sous leur peau, couve ses églantiers.

Car de glaces, ô Femme impure ! à tes malices
Leur cœur d'aube fleurit comme un doux cyclamen,
Et sacrant leur seize ans aux candeurs de calices,

Le hautain contempteur des sordides hymens,
Anteros aux yeux d'or cuivre de ses délices
Le concombre inclément de leur vierge abdomen


"Instrumentation" : où l'on énumère les analogies entre le corps et les instruments dans un esprit volontiers gaillard. L'homme instrument n'épargne pas à son lecteur les images les plus grossières (sexe-flûte, bourses faisant sonner des piastres, ventre-lyre qu'agitent des vents)

Tes doigts sont merveilleux ! leur moindre mouvement
Fait sourdre sur ma peau comme des sources.
Toute part de mon être imite un instrument :
Fifre ou musette un peu charmeuse des Ourses.

Les boules d'or de mes bras bruns ont l'agrément
Des piastres sonnant clair dans les mailles des bourses
Et même je détiens, quelque part, les ressources
De la flute où s'abouche un rêve goulument.

tailhade01
Le clavier de mes dents sait l'air qu'on se recorde
Et mon Ventre en façon de lyre tétracorde
S'enfle et s'abaisse avec des bruits délicieux.

Parfois même éructant le gravier roux des lombes
quand l'aube rose étend son linge pâle aux cieux
Je claironne,  effarant l'essaim des fières colombes.



Laurent Tailhade



"Les Cornues" paraissent dans le numéro du 1er au 15 février 1888. Ce texte pousse un peu plus loin la mystification en présentant volontairement des passages incomplets remplacés par des points. "Doctrine" et "Le Limaçon" paraîtront en mai et  juillet 1888. Puis, en septembre de la même année, après de nombreux courriers sans doute assez virulents, Laurent Tailhade et ses complices dévoilent la supercherie en faisant paraître une sorte de préface à un nouveau sonnet intitulé "Oméga blasphématoire". Cette préface raconte l'histoire du manuscrit qui aurait voyagé des Pays-Bas jusqu'en Espagne. Les incohérences sont telles qu'il n'est plus question de croire en l'existence de ces faux documents. Cependant la signature reste encore celle du "paradisiaque Rimbaud" dixit Tailhade.
     Il faudra l'intervention du prince des poètes, Paul Verlaine, pour faire cesser définitivement l'usurpation d'identité. Pour les amuseurs du Décadent, il est donc temps de changer de peau, de créer ce qui serait le "type même" du Décadent de Baju.... Ce sera Mitrophane Crapoussin, nouveau masque de la comédie littéraire, nouveau type grotesque issu de l'imagination de Georges Fourest, célèbre auteur de La Négresse blonde. verlaine_caf_

    
       Pour conclure

Les faux Rimbaud étaient monnaie courante à cette période car sévissait alors la fameuse "bohème des contrebandiers". Habile en contrefaçon, la bohème des années 1880-90 aime brouiller les pistes et jouer avec le public qu'elle entend bien manipuler. Verlaine aura ainsi fort à faire pour préserver l'œuvre du jeune maître. Ainsi l'affaire du sonnet "Poison perdu" et du recueil "Reliquaire"mirent à l'épreuve quelques experts...
Verlaine confiait ainsi ses doutes dans une lettre du 17 novembre 1883 :

"J'y pense. Peut-être bien, comme vous le croyez, serait-ce une mystification. Alors, mes raisons à l'appui de tout à l'heure, seraient bien rigolottes. Après tout je m'en bats l'œil et le bon...."


Bibliographie :
Le Décadent, 1886-1888
Anthologie du pastiche, Léon Deffoux et Pierre Dufay, tome second, G.Grès, Paris, 1926.