09 septembre 2009

SOMMAIRE DU DECADENT

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Wingdings; panose-1:5 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:2; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:0 268435456 0 0 -2147483648 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; ... [Lire la suite]
Posté par bdidier à 22:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 mai 2009

Les poètes du Décadent

    Le premier numéro du Décadent paru le 10 avril 1886 s'ouvre sur un petit discours "Aux Lecteurs". Ce discours commençait ainsi : "Se dissimuler l'état de décadence où nous sommes arrivés serait le comble de l'insenséisme", et après avoir proclamé que tout, en effet, "décade" : religion, mœurs, justice, il continue par cette déclaration fort célèbre :     "Nous vouons cette feuille aux innovations tuantes, aux audaces stupéfiantes, aux incohérences à 36 atmosphères dans la... [Lire la suite]
Posté par bdidier à 15:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 mars 2009

Petites revues et poètes majeurs : Paul Verlaine, Stéphane Mallarmé

On peut s’étonner, en consultant les petites revues, de voir apparaître aux côtés de jeunes inconnus, des noms d’artistes prestigieux. Ces « maîtres » de la littérature décadente et symboliste, principalement Paul Verlaine et Stéphane Mallarmé, en tant qu’ « écrivains majeurs » avaient un statut très particulier. Ils entretenaient auprès de ces jeunes en voie de consécration des relations privilégiées qu’il convient d’éclaircir. Nous pouvons également nous demander ce que les petites revues pouvaient leur proposer en... [Lire la suite]
06 novembre 2008

Anatole Baju, portrait d'un décadent (3)

  Ne gagnant que de maigres ressources par divers petits emplois, la famille dut probablement vendre le moulin. Le fils aîné n’avait en effet nulle envie de succéder à son père. Il était animé d’une envie irrépressible d’atteindre par l’instruction une autre condition sociale qui lui permettrait de défendre les plus démunis. On sait que de 1881 à 1884, Madame Bajut vivait avec ses deux fils à Bellac à une trentaine de kilomètres de Saint-Germain14. En changeant de département la famille devait se rapprocher des origines... [Lire la suite]
06 novembre 2008

Anatole Baju, portrait d'un décadent (2)

                       D’après les témoignages d’Ernest Raynaud et de Remy de Gourmont, une rumeur disait également que Bajut avait dû à la mort de son père travailler comme piqueur de meule  ce qui consistait à piquer les surfaces de frottement de la meule. L’entretien des meules se faisait tous les quinze jours. Le métier était physique et devait laisser quelques cicatrices :      « Orphelin de père, astreint de bonne heure,... [Lire la suite]
Posté par bdidier à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 octobre 2008

ARTHUR RIMBAUD DANS LE DECADENT

L'AFFAIRE "RIMBAUD"                        Depuis 1884 et la première série des Poètes maudits de Paul Verlaine, Arthur Rimbaud est révélé au monde littéraire notamment par les poèmes "Voyelles, Oraison du soir, Les Assis, Les Effarés, Les Chercheuses de poux, Le Bateau ivre". Mais il n'existe pas encore de volume de ses oeuvres.                       ... [Lire la suite]