06 novembre 2008

Anatole Baju, portrait d'un décadent (3)

  Ne gagnant que de maigres ressources par divers petits emplois, la famille dut probablement vendre le moulin. Le fils aîné n’avait en effet nulle envie de succéder à son père. Il était animé d’une envie irrépressible d’atteindre par l’instruction une autre condition sociale qui lui permettrait de défendre les plus démunis. On sait que de 1881 à 1884, Madame Bajut vivait avec ses deux fils à Bellac à une trentaine de kilomètres de Saint-Germain14. En changeant de département la famille devait se rapprocher des origines... [Lire la suite]

06 novembre 2008

Anatole Baju, portrait d'un décadent (2)

                       D’après les témoignages d’Ernest Raynaud et de Remy de Gourmont, une rumeur disait également que Bajut avait dû à la mort de son père travailler comme piqueur de meule  ce qui consistait à piquer les surfaces de frottement de la meule. L’entretien des meules se faisait tous les quinze jours. Le métier était physique et devait laisser quelques cicatrices :      « Orphelin de père, astreint de bonne heure,... [Lire la suite]
Posté par bdidier à 19:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 octobre 2008

Anatole Baju, portrait d'un décadent (1)

           Directeur de revue, poète, pamphlétaire, chef de file, Anatole Baju illustra par son parcours celui d’une génération de bohèmes en quête de reconnaissance. Lorsqu’il quitta la Charente en 1884 à l’âge de 23 ans et se lança à l’assaut de Paris, avec la vigueur et sans doute la folie d’un héros balzacien, il découvrit un véritable champ de bataille. Le romantisme était en ruine assiégé par les vers de Jean Richepin et les sifflets des naturalistes. Georges Ohnet se fourvoyait dans une... [Lire la suite]
Posté par bdidier à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]